Faithlife Sermons

Tu as le pouvoir de dire non!

Sermon  •  Submitted
0 ratings
· 10 views
Notes
Transcript
Nous savons que la vie chrétienne est un combat. Ce combat est un combat spirituel et c’est aussi un combat contre notre propre nature pécheresse, notre chair.
Le chapitre 7 avait détaillé le fait que Paul aussi avait ce même combat. Le chapitre 8 a commencé en nous rassurant qu’il n’y a pas de condmnation pour ceux qui sont en Christ. Au contraire, Dieu a envoyé son Fils prendre la condamnation. À cause de cela nous devons nous affectionner au choses de l’Esprit!
Mais nous avons encore la chair. Aujourd’hui, nous allons voir comment nous pouvons avoir la victoire dans des domaines où la chair semble encore nous dire quoi faire!

I. Tu ne dois rien à la chair. v.12

Avant d’entrer dans la pratique, il faut comprendre de principe. Avant de pouvoir fonctionner dans un environnnement, il faut savoir qui est en charge et qui ne l’est pas.
Illustration: Je travaillais dans la vente de produits de papeterie entre 2005 et 2006. J’étais nouvellement arrivé dans la compagnie et certains autres représentants voulaient profiter de mon ignorance pour me faire faire des choses que je n’avais pas à faire. Que ce soit de m’assurer de la propreté de la salle de montre, de m’assurer que nous avions assez de dépliants dans les présentoirs, de faire le ménage des fichiers dans le système informatique et j’en passe. Un jour, un collègue est venu me voir: “Tu sais qu’ils profitent de toi et te faisait faire des choses qui ne sont pas ta job; tu n’as pas à faire ça.” À partir de ce moment là j’ai fait ma part, mais sans me sentir redevable pour des choses que je n’étais pas obligé de faire.
La nature pécheresse fait un peu la même chose dans nos vies. Nous agissons selon notre ancienne nature parce que nous ignorons la portée de cette phrase du verset 11: “l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous”.
Lorsque l’Esprit vient habiter en nous, c’est lui prend contrôle d’une vie. À partir de ce moment-là, la vie chrétienne “normale” c’est quand l’Esprit de Dieu est au contrôle. Ce n’est pas exceptionnel, c’est la norme. La vie chrétienne anormale, et par conséquent insatisfaisante, c’est lorsque nous faisons ce que la chair demande.
Lorsqu’une personne force une autre personne à lui obéir lorsque cette personne-là n’en est pas obligée, on appelle cela de l’abus. Et là où il y a de l’abus, il y a toujours des blessures, des bris et un besoin de libération.
Illustration: Quand j’avais environ 12 ans, ça n’allait pas tellement bien pour moi à l’école. J’étais de nature effacée, timide et pas le plus sociable. Donc les enfants qui voulaient impressionner, s’affirmer ou faire rire les autres le faisaient souvent à mes dépends. Je me souviens d’une année scolaire en particulier où des camarades de classe me faisaient du mal régulièrement. On ne me croyait pas quand j’en parlais mais je n’en pouvais plus. Je me souviens même d’avoir feint une blessure pour éviter d’aller à l’école. Je m’étais ramassé à la clinique juste pour éviter d’aller à l’école. Oui j’avais eu un bobo mais je l’exagérais énormément. Mais lorsque finalement, les autres parents et la direction de l’école s’en sont mêlés et que tout ça a pris fin, c’était une libération. Je n’avais plus à regarder ma montre et me dire “bon, dans 13 heures je vais devoir être à l’école de nouveau”.
Mais j’ai appris de cette expérience là. Et plus tard dans la vie, j’étais de nouveau dans une situation avec quelqu’un qui cherchait à m’intimider pour faire sa place et voulait me manipuler, mais ça n’a pas marché, parce que je savais que je ne lui était pas redevable. Je pouvais simplement dire “non”.
En bref, ce verset nous dit que lorsque l’Esprit de Dieu habite en nous, nous pouvons dire “non” à la nature pécheresse. Nous ne lui sommes plus redevables.
Le mot traduit “redevable” parle d’être sous l’obligation morale de faire quelque chose.
Si tu reçois une facture d’Hydro Québec pour l’électricité que tu as consommé, tu dois la payer - payer le choix. Si tu vas au restaurant, une fois que tu as mangé, il vont apporter l’addition, et tu es tenu de la payer.
Mais si tu reçois une facture pour quelque chose que tu n’as pas acheté, tu n’es pas tenu de la payer! Tu n’es pas redevable.
Illustration: Plusieurs “Eric Léveillé” vivent au Québec et il y en a un qui ne connait pas bien son adresse courriel, parce qu’il donne souvent la mienne! J’ai reçu une facture pour un cabanon de jardin; j’ai reçu une soumission pour du terrassement; j’ai reçu plein de choses pour lui, mais je réponds à chaque fois “Désolé vous vous trompez de personne”.
Je peux faire la même chose quand la chair veut que je fasse quelque chose de mal. Je peux répondre, “Désolé, non, je ne vais pas faire ça.” Parce que je ne suis pas redevable. Pourquoi? Parce que “son Esprit habite en moi”.
Soyons francs: Ce n’est pas toujours notre expérience que nous disons non à la chair. Nous collaborons avec elle beaucoup trop. Comment donc pouvons-nous dire “non”?

II. Tu dois faire mourir les actions de la chair. v. 13

Oui, Dieu peut te donner surnaturellement la force de vaincre le péché d’un coup sec. Mais la victoire elle s’acquiert par une série de “non”.
Je veux vous donner premièrement le sens du mot qui est traduit “faites mourir (les actions du corps)” et ensuite j’aimerais vous amener vers une histoire de l’Ancien Testament qui va nous aider à comprendre. Non pas que l’histoire en question enseigne ce principe biblique, mais c’est une histoire où des gens mouraient et ils mouraient à cause d’une situtation précise.
Juste avant, il faut remarquer le jeu de mots, ou si vous voulez les deux idées en opposition dans le verset.
Si vous vivez selon la chair...
Vous mourrez.
Mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps...
Vous vivrez.
Remarquez bien que quelqu’un ou quelque chose va mourir. C’est comme un duel de gladiateurs dans la Rome antique. Deux combattants, et un des deux va mourir. Reste à voir lequel des deux.
Maintenant, la mort pour le chrétien ici ne peut pas signifier la perte du salut - la Bible est claire sur cela. Mais bien des choses peuvent mourir à petit feu. Notre communion avec Dieu. Notre mariage. Notre bonheur.
Mais la mort c’est quelque chose de physique. Le péché mène à la mort, c’est sur. Nous mourons tous physiquement à cause du péché. Et lorsque nous pratiquons le péché, nous faisons ce qui tue.
Quelque chose va vivre et quelque chose va mourir. Si la chair vit, tu meurs. Si la chair meurt, tu vis. C’est là le choix auquel chaque chrétien ici fait face!
L’expression “faites mourir les actions du corps” signifie, selon le lexique grec Louw-Nida, “de faite cesser l’activité complètement, avec l’implication de mesures extrèmes pour garantir cette cesssation”.
En d’autres mots…l’idée n’est pas de restraindre la chair, la nature pécheresse. C’est de s’assurer qu’elle ne pourra pas être active.
Il existe plusieurs manières de faire mourir quelque chose, mais une façon efficace c’est de couper les vivres à la chose.
Des fois, nous voyons au nouvelles quelqu’un qui fait la grève de la faim. Un opposant politique dans un pays ou quelque’un qui veut manifester contre quelque chose. Après plusieurs jours, cela devint grave et sérieux, parce que sans nourriture et sans liquides, la personne va mourir.
De la même manière, la meilleure manière de faire cesser les activités de la chair, c’est de s’assurer de ne pas la nourrir. Mais malheureusement, même en tant que chrétien, on peut nourrir la chair.
Des fois les chrétiens se font taquiner: oh, les chrétiens n’ont pas le droit de regarder telle ou telle chose. D’écouter telle ou telle musique. D’aller ici. D’aller là. Etc. etc. Ça n’a rien à voir. Ce n’est pas une question d’avoir le droit ou non. C’est une question de “est-ce que tu veux nourrir ta chair ou non.” Si tu nourris ta chair, tu va en payer le prix et il sera désagréable. Si tu fais mourir la chair, tu vas en récolter les dividendes, ici et éternellement!
Une histoire horrible et troublante se trouve dans 2 Rois 6.24-33. C’est pendant la vie du prophète Élisée, et la ville de Samarie est assigée par Ben-Hadad, roi de Syrie. Il ne reste rie à manger dans la ville et les prix de nourriture sont astronimiques.
2 Kings 6:25 (LS1910)
Il y eut une grande famine dans Samarie; et ils la serrèrent tellement qu’une tête d’âne valait quatre-vingts sicles d’argent, et le quart d’un kab de fiente de pigeon cinq sicles d’argent.
En argent canadien, une tête d’âne coutait $575. Un quart de litre de fiente de pigeon, coutait $36.00. Dans le passage, les gens sont si désespérés, qu’ils se tournent vers le cannibalisme. Évidemment, rien de ça n’était ce que Dieu voulait, mais c’était à cause que dans leur immoralité, ils avaient été envahis par la Syrie.
Mais vous comprenez le concept. Lorsque les vivres et les provisions sont coupées la mort s’en suit.
Ça nous donne une image frappante de ce que Romains 8.13 nous demande de faire. De tellment assiéger la chair qu’elle n’a rien à se mettre sous la dent.
S’adresser aux jeunes: Est-ce que vous êtes parfois frustrés par la vie chrétienne? C’est comme si c’est une liste de non, non, non? Je me sentais comme ça aussi, jusqu’à ce que je comprenne. L’idée c’est que la chair crève de faim. De ne pas la nourrir (parce que je regarde, écoute, etc.)

III. Tu peux compter sur la direction de l’Esprit de Dieu. v. 14

Le Saint-Esprit est mentionné deux fois dans nos versets et il le sera encore plus dans les versets suivants.

A. Il t’aide à faire mourir les actions de la chair. v. 13

Il y a quelques instants, nous avons parlé de faire mourir les actions de la chair. Mais deux mots s’ajoutent à ce que nous avons dit: “par l’Esprit”.
L’Esprit est le moyen par lequel nous assiégeons la chair. C’est l’Esprit qui nous convainc et nous dirige pour que nous coupions les vivres à la chair ici et ici. Voyez-le comme un général qui va diriger le combat.
Oui, il nous donne la puissance aussi pour vaincre le péché, mais cela est un sujet pour un autre passage.

B. Il te conduit. v.14

Non seulement l’Esprit t’aide à faire mourir les actions de la chair, il te conduit. Le mot conduire est simple mais c’est important de s’arrêter brièvement pour y réfléchir. Le mot conduire ne signifie pas prendre un volant et “conduire” une voiture. Les lecteurs de Paul n’avaient pas de voiture et la plupart n’avaient probablement même pas un cheval.
Pour eux, le mot conduire ici signifie “influencer les autres pour les faire suivre un chemin d’action”. Pensez à un guide dans un musée ou un guide touristique quelque part. Il vous dit où aller et vous le suivez.
Dans ta lutte avec le péché, oui c’est vrai que le Saint-Esprit va te donner une force et une puissance libératrice. La Bible en parle…ailleurs. Ici la Bible nous explique l’Esprit aussi nous conduit. Il nous dit où aller et où ne pas aller.
Dans le contexte, il nous conduit pour nous aider à faire mourir les oeuvres de la nature pécheresse. Va ici. Ne va pas là. Ne fais pas ça. Ne regarde pas ça. N’écoute pas ça. Et ainsi de suite.
Proverbs 4:14–15 LS1910
N’entre pas dans le sentier des méchants, Et ne marche pas dans la voie des hommes mauvais. Évite-la, n’y passe point; Détourne-t’en, et passe outre.
Illustration: Il y a une douzaine d’années, j’essayais d’aider un homme qui était aux prises avec un problème moral qui était en train de démolir sa famille complètement. Il travaillait au centre-ville de Toronto et après le travail, il avait l’habitude d’aller à certains endroits où il pouvait pratiquer ce péché précis. Comme Montréal, Toronto a des secteurs où se trouve une forte activité immorale. Et un de ces secteurs était sur le chemin du retour entre son bureau du centre-ville et la maison. Il passait à travers et arrêtait souvent. Sans détailler toutes les belles choses que Dieu a faites pour l’aider à avoir la victoire, je veux faire ressortir une chose. Je lui ai demandé de prier et de me dire comment il pourrait faire mourir sa chair, comment il pourrait couper les vivres à sa nature pécheresse dans cette situation. J’avais une réponse claire en tête, mais je voulais que ça vienne de l’Esprit. Et comme de fait l’Esprit lui a dit la même chose que je voulais lui dire: 1) Appeler sa femme en quittant le bureau pour qu’elle sache qu’il est en route, et 2) Prendre un grand détour pour éviter ces secteurs-là. Évidemment, ce n’est pas aussi simple que ça, mais ça faitsait partie de la solution, en plus de la force de l’Esprit, le renouvellement de ses pensées et autres choses.
Tous les enfants de Dieu ont l’Esprit de Dieu et l’Esprit de Dieu veut te montrer où, quand et comment tu peux couper les provisions à ta nature pécheresse! Que cela soit un sujet de prière et de dépendance envers Dieu!
Conclusion
Est-ce qu’il existe dans votre vie une habitude, un péché récurrent, sur lequel vous dites “Je ne suis pas capable de le vaincre”? Sachez que si vous avez l’Esprit en vous, donc si vous êtes un enfant de Dieu, vous pouvez avez avoir la victoire.
La victoire vient lorsque, par la direction de l’Esprit et avec la puissance de l’Esprit, vous faites mourir les oeuvres de la chair. Vous coupez les vivres à la chair afin qu’elle n’ait pas de quoi se nourrir.
Mais si, dans votre indiscipline spirituelle, vous êtes contamment en train de nourrir la chair, ne soyez pas surpris lorsque la vie que Jésus veut vous donner dans ce monde disparait peu à peu.
Êtes-vous prêts à prier et demander au Seigneur de vous montrer quelles sont les oeuvres de la chair qui vous font mal et comment il veut vous guider pour couper leurs provisions?
Related Media
Related Sermons