Faithlife Sermons

PLACER NOTRE CONFIANCE EN LA VÉRITÉ FONDAMENTALE

Livre de l’épître aux Galates  •  Sermon  •  Submitted
0 ratings
· 11 views
Notes
Transcript

0 - Introduction

Chant

« Pour ce repas, pour toute joie nous louons Seigneur » (1 8 8 8…) tous ensemble puis en canon en deux groupes.

Mise en situation

Je suis toujours surpris de comment tout le monde suit mes paroles et mes gestes lorsque je dirige. Ce n’est pas par hasard que l’on parle de « chef de chœur » : le chef dit et on lui obéit. Mais pourquoi obéissez-vous ? Parce que vous avez confiance en ce chef même si vous ne me connaissez pas : vous vous dites que s’il fait cela c’est qu’il a les capacités et on croit en lui, on lui fait confiance et par conséquent on lui obéit. Ou bien peut-être que vous n’avez juste pas le choix…
Où place-t-on notre confiance et à qui obéissons-nous ? Nous allons voir ce matin, dans cette cinquième prédication sur l’Épitres aux Galates, que nous devons placer notre confiance en la vérité fondamentale de l’Évangile, c’est à dire Christ. On va parcourir le texte et analyser trois cibles où placer notre confiance : en nous-même, en Dieu et en Jésus-Christ.
Deux remarques préalables à ce que je vais dire :
Je vais sûrement répéter des éléments que vous avez déjà entendu ces derniers dimanches, mais réjouissez-vous car c’est pour votre bien, en effet, la clé d’une bonne pédagogie, c’est la répétition…
La deuxième remarque est que j’utilise le terme de « confiance » au même titre que « foi » et que « croire » car notre utilisation du mot « foi » est aujourd’hui connoté péjorativement auprès des non-chrétiens (par exemple : « quand il n’y a plus d’espoir, il ne reste plus qu’à avoir la foi »). Je préfère donc utiliser le terme de « confiance » qui se rapproche plus du sens biblique de la foi.

Lecture biblique

Lisons l’épitre aux Galates 3.1-14 :
1 O Galates insensés ! Qui vous a envoûtés ainsi ? Pourtant, la mort de Jésus-Christ sur la croix a été clairement dépeinte à vos yeux. 2 Je ne vous poserai qu'une seule question : À quel titre avez-vous reçu le Saint-Esprit ? Est-ce parce que vous avez accompli la Loi, ou parce que vous avez accueilli avec foi la Bonne Nouvelle que vous avez entendue ? 3 Manquez-vous à ce point d'intelligence ? Après avoir commencé par l'Esprit de Dieu, est-ce en comptant sur vos propres ressources que vous allez parvenir à la perfection ? 4 Avez-vous fait tant d'expériences pour rien ? Si encore, c'était pour rien ! 5 Voyons ! Lorsque Dieu vous donne son Esprit et qu'il accomplit parmi vous des miracles, le fait-il parce que vous obéissez à la Loi ou parce que vous accueillez avec foi la Bonne Nouvelle que vous avez entendue ?
6 Or, il en a déjà été ainsi pour Abraham, car l'Écriture déclare à son sujet : Il a eu confiance en Dieu et Dieu, en portant sa foi à son crédit, l'a déclaré juste. 7 Comprenez-le donc : seuls ceux qui placent leur confiance en Dieu sont les fils d'Abraham. 8 De plus, l'Écriture prévoyait que Dieu déclarerait les non-Juifs justes s'ils avaient la foi. C'est pourquoi elle a annoncé par avance cette bonne nouvelle à Abraham : Tu seras une source de bénédictions pour toutes les nations. 9 Ainsi, tous ceux qui font confiance à Dieu, comme Abraham lui a fait confiance, ont part à la bénédiction avec lui. 10 En effet, ceux qui comptent sur leur obéissance à la Loi tombent sous le coup de la malédiction, car il est écrit : Maudit soit l'homme qui n'obéit pas continuellement à tout ce qui est écrit dans le livre de la Loi. 11 Il est d'ailleurs évident que personne ne sera déclaré juste devant Dieu grâce à son obéissance à la Loi, puisque l'Écriture déclare : Le juste vivra par la foi. 12 Or, le régime de la Loi ne fait pas dépendre de la foi la justice de l'homme devant Dieu. Au contraire, il obéit à cet autre principe : C'est en accomplissant tous ces commandements que l'on obtient la vie. 13 Le Christ nous a libérés de la malédiction que la Loi faisait peser sur nous en prenant la malédiction sur lui, à notre place. Il est, en effet, écrit : Maudit est quiconque est pendu au gibet. 14 Jésus-Christ l'a fait pour que, grâce à lui, la bénédiction d'Abraham s'étende aux non-Juifs et que nous recevions, par la foi, l'Esprit que Dieu avait promis.
En premier, on voit que Paul accuse les Galates, en accomplissant la loi, de placer leur confiance en eux-mêmes.

1 - Placer sa confiance en soi-même (1-5 & 10-12)

Explications

Pour rappel c’est Paul qui écrit cette lettre pour s’adresser aux chrétiens de la Galatie, qui se trouve dans l’actuelle Turquie. Paul est étonné de voir que les Galates s'éloignent tant de l'évangile, il ne comprend pas. Il les traites d’« insensés » qui est un terme fort car Jésus traite pareillement les disciples d'Emmaüs qui ne croient pas en Jésus comme étant l'accomplissement de l'Écriture. C’est par ces mots que commence notre passage, ça met dans l’ambiance…
Puis Paul pose une question rhétorique aux destinataires de la lettre : qui est le responsable de leur éloignement de Dieu ? Y a-t-il une ou des personne·s en causes ? Comme vous l’avez déjà vu il y a quelques semaines dans le premier chapitre, il s’agit de personnes qui annoncent un « autre évangile ». Ces faux-chrétiens, des judaïsants, sont des loups déguisés en agneaux qui ont envoûtés l'Église de Galatie en faisant croire, en résumé, que « Christ est mort pour rien ». Paul est d'autant plus étonné qu'il sait que les Galates ont reçu la Parole de Dieu correctement, sans détournement, car c'est lui, vraisemblablement avec Barnabas, qui a fondé cette église à laquelle il s'adresse et qui leur a parlé de Christ. Sa mort a donc été clairement annoncée et pourtant les Galates n'y croient plus vraiment, ils s’en sont détourné.
Ensuite Paul demande aux Galates de quelle manière ils ont reçu l'Esprit de Dieu : en accomplissant la loi ou ayant la foi en l'Évangile ? Cette question semble la plus importante de sa lettre car comme il le dit lui-même c’est « la seule question qu'il leur pose ». Paul ne remet pas en question le fait qu'ils aient reçut l'Esprit, et donc qu'ils soient chrétiens, mais il cherche à les faire réfléchir, à leur faire prendre du recul sur ce que les judaïsants ont pu dire. Cela nous montre que l’on peut avoir le SE et agir comme si nous ne l’avions pas : dans la lettre aux Éphésiens, Paul affirme que l’on peut attrister le SE, et on peut même aller jusqu’à l'éteindre comme on peut le lire dans 1 Thimothé.
Paul continue en parlant d’expériences, et après avoir lu Actes 14 on comprend que c’est sûrement de persécution qu’il s’agit. Les Galates se sont donc fait persécuter à cause de Christ. Mais ce que veut dire Paul est que si les Galates se concentrent maintenant sur la loi en oubliant Christ, « c'est pour rien » qu'ils se sont fait persécuter. Or on ne peut pas obéir à la loi et l'appliquer parfaitement. C'est pour cela que s'appliquer à obéir à la loi nous fait tomber sous la colère de Dieu, sous sa malédiction. Ne pas obéir à un seul des commandements nous attire la colère de Dieu. Et malgré ce que les judaïsants pouvaient dire à propos de la loi, elle ne peut que condamner. Dieu le sait très bien et nous demande justement de ne pas chercher à obtenir la faveur de Dieu en appliquant sa loi dans notre coin, mais d'avoir la foi. La loi et la foi sont différents, ils n'ont rien à voir l'un avec l'autre, ils sont même contraires. Car vivre par la loi c'est dépendre de la loi tandis que dépendre de la foi, c'est dépendre de Dieu.

Applications

Pour résumer, croire que l’on peut être sauvé en obéissant à la loi fait que Christ est mort pour rien. En effet, pour effacer nos péchés terrestres aux yeux de Dieu, utiliser une solution terrestre ne résous rien, et nous verrons dans la dernière partie quelle est l’unique solution. La vraie raison du péché est que nous plaçons trop notre confiance en nous et pas assez en Dieu. Adam et Eve, en mangeant du fruit défendu, ont préféré choisir de désobéir à Dieu car le Serpent incarnant le diable a réussi à semer le trouble dans leur cœur : « Dieu n’est pas assez digne de confiance car il vous a menti, vous ne mourrez pas. Ayez plutôt confiance en vous car vous serez des dieux qui connaissent le bien et le mal ! ».
Plusieurs fois par jour, je n’expérimente pas la grâce de Dieu. Je crois sans cesse que c’est à moi de faire quelque chose pour être acceptable aux yeux de Dieu : il faut que je lise la Bible sinon Dieu va m’en vouloir, il faut que je prie sinon Dieu va penser que je ne l’aime pas, il faut que… Bien sûr, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire ces choses. Mais si nous plaçons notre confiance là-dessus et pas sur la grâce de Dieu, nous mettons notre assurance en nous-même. Je vous donne donc un défi pour cette semaine : prendre quelques secondes le matin pour se rappeler « Seigneur, ce n’est pas en plaçant ma confiance en moi que je te suis acceptable et aujourd’hui je veux que ma sécurité, ce soit toi ».

Illustrations

Comme David l’a évoqué dans l’introduction de cette série de prédications sur Galates, un des faux docteurs possibles est internet et les idées que cela fait circuler. Par exemple, j’ai regardé un documentaire sur les platistes, c'est-à-dire les personnes qui sont convaincus que la terre n’est est plate, que le gouvernement et la NASA nous mentent sur pratiquement tout. Et on interview une des vidéastes stars d’internet à propos du platisme, on lui pose la question : « En quelles sources avez-vous confiance ? » elle répond « Moi-même, c’est tout. S’il y avait un évènement comme un attentat, je ne croirai pas en la réalité de ces évènements à moins que ma propre jambe soit arrachée. » La réponse est simple : si on lui dit quelque chose, qu’on lui montre un fait et même des preuves, elle va systématiquement remettre en question la véracité avant tout. Cela rappelle Thomas qui voulait voir pour croire que Jésus était ressuscité, il ne croyait pas ce que l’on disait même si c’était Jésus qui lui disait !
4057581106351500Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas croire du tout en soi-même, ne plus avoir de jugement ni de décisions personnelles, ou bien nous serions une secte ! Non, Paul appelle les Corinthiens à faire part de discernement pour donner, aux Galates de se montrer intelligents par rapport à l’Évangile, et Jésus appelle ses disciples à se méfier des spécialistes de la loi. Ce que je dis est que l’on ne doit pas placer notre confiance seulement en nous-même, car notre priorité est de chercher à placer notre confiance en Dieu.

2 - Placer sa confiance en Dieu (6-9)

Relisons les versets 6 à 9 :
6 Or, il en a déjà été ainsi pour Abraham, car l'Écriture déclare à son sujet : Il a eu confiance en Dieu et Dieu, en portant sa foi à son crédit, l'a déclaré juste. 7 Comprenez-le donc : seuls ceux qui placent leur confiance en Dieu sont les fils d'Abraham. 8 De plus, l'Écriture prévoyait que Dieu déclarerait les non-Juifs justes s'ils avaient la foi. C'est pourquoi elle a annoncé par avance cette bonne nouvelle à Abraham : Tu seras une source de bénédictions pour toutes les nations. 9 Ainsi, tous ceux qui font confiance à Dieu, comme Abraham lui a fait confiance, ont part à la bénédiction avec lui. 

Explications

Paul démontre le fait de placer notre confiance en Dieu par l’exemple d’Abraham. Ce n’est pas par hasard qu’il prend cet exemple, car si c'est des judaïsants qui sèment le doute parmi les Galates, ces personnes suivent à la lettre les lois de l'AT et connaissent par cœur les textes que Paul cite. L’exemple d’Abraham montre que c'est par la foi que l'on devient juste devant Dieu, foi qui se traduit par des actes, et actes qui découlent d'une confiance.
Il nous dit par ailleurs, en Romains 4, qu’Abraham n'a pas à se vanter de ce qu'il a fait car c'est parce qu'il a eu confiance en Dieu que Dieu l'a déclaré juste. Ce n’est donc pas par les œuvres mais par la foi qu’il a été déclaré juste (c'est-à-dire sans péchés). (Rm 4) Paul affirme comme étant normal le fait que Dieu nous rende juste parce qu'on lui fait confiance, aussi logiquement que lorsque l’on reçoit le salaire de notre travail ! Il souligne par-là que ce n'est pas par nos actes mais par notre confiance en Dieu que l'on devient juste aux yeux de Dieu. En effet, Abraham n'était pas encore circoncis lorsque Dieu l'a déclaré juste. La circoncision n'étant à cette époque que la marque de cette alliance entre Dieu et Abraham.
La lettre de Paul continue en appuyant que l'on peut être enfant d'Abraham. Mais pourquoi enfant d'Abraham et non de Dieu ? Le verset suivant nous aide à comprendre cela : être enfant d'Abraham veut dire que juifs et non-juifs sont justifiés par Dieu par la foi seulement.

Applications & illustration

Le plus grand commandement que Jésus nous dit est d’aimer Dieu et son prochain. Or pour aimer, il faut avoir un minimum confiance en ce que nous aimons. Et comment avoir plus confiance en Dieu ? En apprenant à le connaître, c'est-à-dire à se concentrer non pas sur ce que l’on dit de Dieu, ce que l’on entend aux médias, ce que nous lisons sur internet, mais en écoutant ce que Dieu nous dit à travers sa Parole. John Piper ? disait « Si tu veux entendre Dieu te parler lis la Bible à voix haute ! »
Mais combien de personnes ont du mal à placer leur confiance en Dieu car ils ne le connaissent visiblement pas assez, par exemple en pointant du doigt les catastrophes naturelles, les guerres, les maladies, que Dieu permet. Je les comprends : comment placer notre confiance dans un Dieu qui permet le mal ? Une telle personne n’est pas digne de confiance ! Pourtant, nous pouvons avoir confiance en Dieu car il est parfait.
La prochaine fois que vous irez vous baignez à la mer et que vous buvez la tasse, sachez que dans 1 ml d’eau de mer, il y a entre 1 et 10 millions de virus. Quand on cherche combien il y a de sortes de virus différents, savez-vous que plus de 97% d’entre eux sont bénins voire nécessaires à la vie ? Et que faisons-nous : on regarde aux 3% néfastes. De la même manière, nous accusons Dieu de ce mal. Mais la plupart du temps, les fameux 97%, où tout se passe pour le mieux, nous n’accusons pas Dieu de ce bien ! Et cela, moi le premier hélas. J’ai appris par l’expérience qu’en me concentrant sur mes problèmes et en accusant Dieu, je m’éloigne de lui. Alors qu’en regardant plutôt à ce qu’il est, créateur de toute chose, tout puissant, qu’il s’est donné lui-même pour moi et qu’un jour je serai auprès de lui, je m’en rapproche. En ne lui faisant pas confiance, nous oublions Dieu. Il faut nous rappeler qu’à chaque fois qu’il y a de la souffrance, ce n’est pas Dieu qui juge comme on peut le voir avec les plaies en Égypte, mais c’est un rappel que nous sommes dans un monde déchu où nous sommes faibles et mortels. Jésus explique cela dans les premiers versets de Luc 13 :
[…] quelques personnes vinrent raconter [à Jésus] ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices. 2 Il leur répondit : Pensez-vous que ces Galiléens aient été de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la sorte ? 3 Non, vous dis-je. Mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous de même. 4 Ou bien, ces dix-huit sur qui est tombée la tour de Siloé et qu’elle a tués, pensez-vous qu’ils aient été plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? 5 Non, vous dis-je. Mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous pareillement.
0Le problème ne vient pas de Dieu, mais de nos cœurs. Le mal nous montre qu’il faut changer, qu’il faut se repentir pour être sauvé et être libéré de notre culpabilité. Pour ça, la seule solution durable et vraie se trouve en plaçant notre confiance en Christ.

3 - Placer sa confiance en Christ (13-14)

Revenons à notre texte et relisons les versets 13 et 14 :
13 Le Christ nous a libérés de la malédiction que la Loi faisait peser sur nous en prenant la malédiction sur lui, à notre place. Il est, en effet, écrit : Maudit est quiconque est pendu au gibet. 14 Jésus-Christ l'a fait pour que, grâce à lui, la bénédiction d'Abraham s'étende aux non-Juifs et que nous recevions, par la foi, l'Esprit que Dieu avait promis.

Explications

Ce n’est pas en obéissant en partie à la loi que nous nous approchons un peu de Dieu. En fait il n’y a pas de degrés d’approchement de Dieu : si on ne suit pas Christ, nous sommes éloignés de Dieu, mais si nous avons confiance en Jésus nous sommes proches de son Père. Car c’est Dieu qui a envoyé son fils unique pour nous sauver, d’ailleurs le nom de « Jésus » veut dire « Dieu sauve ». Jésus est l’unique solution a notre faiblesse à accomplir la loi car lui seul a appliqué la loi parfaitement comme nous ne pourrions jamais l'appliquer. Même si on s'y mettait à plusieurs centaines de chrétiens, même les meilleurs, les plus reconnus, on arriverai pas à appliquer la loi parfaitement. C’est pour cela que Christ l'a fait pour nous : alors que l’on était des esclaves, il a payé pour nous rendre libre. Si l'on reconnait cela de manière profonde, on a la foi.
Jésus dit en Mathieu 5 « Ne vous imaginez pas que je sois venu pour abolir ce qui est écrit dans la Loi ou les prophètes ; je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. » On voit là que Jésus déclare son autorité face à la loi. Il ne vient pas l'abolir puisqu'il y obéit parfaitement, c'est justement pour cela qu'il a pris notre place : au lieu que ce soit nous qui mourrions parce que nous ne pouvons pas obéir parfaitement, c'est lui qui est mort alors que lui a obéit parfaitement.
Pour finir, Paul reparle de l'Esprit : on reçoit cet Esprit que Dieu avait promis par la foi. Au même titre qu’Abraham avait eu la promesse invraisemblable qu'une grande famille naîtrai de lui alors que sa femme était stérile et sans enfants, nous avons la promesse que bien que nous n’obéissions pas parfaitement à la loi, nous recevons l'Esprit de Dieu par la seule condition de placer notre confiance en Christ. En effet, le but suprême de Dieu en envoyant Christ sur terre est la bénédiction pour que « quiconque croit en lui ne périsse jamais mais ait la vie éternelle ».

Applications

Le voleur qui était crucifié à côté de Jésus est allé au paradis parce qu’il a eu foi en Jésus. Exemple incroyable qui montre que ce n’est pas notre passé ni ce que l’on peut faire dans le présent qui nous sauve (de toute manière, en étant crucifié on ne peut pas faire grand-chose…) mais c’est simplement croire en Jésus. Le sacrifice de Jésus à ma place est d’une simplicité déconcertante. Un pasteur distribuant des tracts dans la rue rencontre une dame chrétienne. Elle lui dit qu'elle est très heureuse de rencontrer des chrétiens. Le pasteur, qui souhaitai être sûr qu'elle était sauvée, lui demande : « Si je peux me permettre, comment savez-vous que vous êtes sauvé ? » Elle le regarde et lui répond « Parce que Christ est mort pour mes péchés. » Et le pasteur est très ému de voir la simplicité et la clarté de sa réponse. Pour placer notre confiance en Christ, il ne faut pas seulement croire en sa réalité historique, mais aussi croire qu’il est le Fils de Dieu et qu’il est venu pour nous aimer jusqu’à donner sa vie pour nous. Cela demande donc que nous reconnaissions que nous sommes pécheur, sinon à quoi bon avoir besoin d’un sauveur ? Ce n’est donc pas une connaissance mais une confiance : Jésus nous demande de croire en lui, et non de le croire. De même que l’on peut connaître, même par cœur, la Bible mais ne pas l’aimer.

Illustration

Continuer de vouloir s’approcher de Dieu par nos efforts au lieu de regarder à Christ qui a tout accompli à notre place, c’est un peu comme un enfant qui joue dans une flaque de boue puante alors qu’il y a une magnifique plage de sable fin à quelques mètres de lui : c’est ridicule quand on prend du recul !

4 – Conclusion

Pour résumer les trois points : placer ma confiance uniquement en moi-même, c’est faire comme si Jésus était mort pour rien. Recherchons plutôt à connaître Dieu pour lui faire confiance, « Compte les bienfaits de Dieu, met les tous devant tes yeux et tu verras en adorant combien le nombre en est grand » dit le chant. Oui Dieu est bon, sa grâce nous dépasse, il nous justifie non pas par nos agissements mais parce que l’on a foi en lui, de même qu’Abraham n’était pas circoncis lorsque Dieu l’a reconnu comme juste. Et Dieu nous a fait le plus grand cadeau qu’il soit : son Fils Jésus, Dieu qui vient nous sauver. Placez-vous votre confiance uniquement en vous-même ou bien en ce Dieu qui sauve ?
Related Media
Related Sermons